Illustration extraite de "L'Appel de la lune" chez Versant Sud Jeunesse

Sous le sapin 2020 : Elis Wilk

Nous avons demandé à plusieurs acteurs et actrices du livre des conseils de lecture jeunesse ou adultes, des pépites, des découvertes à placer impérativement sous le sapin ou à offrir autour de soi ! Voici ceux d’Elis Wilk !

Mes Premières Lectures : Bonjour, et merci de prendre la parole sur le site ! Qui êtes-vous ?

Elis Wilk : Je suis Elis Wilk, artiste, autrice & illustratrice.

Mes Premières Lectures : Quels sont vos coups de cœur et découvertes à glisser impérativement sous le sapin cette année ? (récents ou non !)

Elis Wilk : Je suis le genre de fille, de Nathalie Kuperman aux Éditions Flammarion. J’ai rencontré cette écrivaine lors d’un salon du livre jeunesse (elle écrit aussi pour la jeunesse) et j’ai adoré son univers : elle m’a fait penser à la réalisatrice Valéria Bruni Tedeschi que j’adore aussi et un peu à Woody Allen pour le côté drôle, culotté et névrosé.

Sinon je viens juste d’offrir à mon père (il vient de sortir en poche), le livre de Frédéric Beigbeder : Oona et Salinger que j’ai littéralement adoré. Il raconte l’histoire d’amour entre Oona O’Neill (fille d’un des plus grands dramaturges américains de l’époque et future « jeune » femme de Charlie Chaplin) et Salinger (le futur écrivain). Tous deux ont vingt ans, ils gravitent dans le monde de l’art et des mondanités lorsque Salinger doit partir à la guerre en France. S’en suit la mise en écho de deux mondes que tout sépare, l’un en paix et l’autre en guerre (la manière dont Beigbeder décrit la guerre est proprement « magnifique » – comme lorsque son héros, sidéré, décrit l’incroyable puissance et la « beauté » des explosions.-. La flamboyante et dramatique acuité littéraire et humaine de Beidbeder m’a vraiment impressionnée.

Mes Premières Lectures : Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

Elis Wilk : Je viens de finir un album jeunesse intitulé Qui cache qui ? Bestiaire farceur, co-créé avec l’auteur Didier Lévy pendant le premier confinement (cet album est né d’un échange Facebook autour d’une image que Didier avait aimé) et qui sort ce mois-ci aux Éditions Rue du Monde. C’est un projet qui s’est fait dans une fluidité et une énergie étonnantes. Il s’agit d’un bestiaire décalé et drôle où l’on voit toujours un autre animal que l’animal décrit et pour lequel j’ai utilisé une approche graphique inhabituelle (silhouettes aux couleurs aquarelles non-réalistes – un peu dans l’esprit du fauvisme – et gestes spontanés). Nous voulions proposer un livre drôle et beau à la fois (c’est un peu l’équilibre rêvé…).

Actuellement, je vais travailler sur un projet d’album « sous l’eau » (peut-être intitulé Loup des mers) avec les Éditions Versant Sud Jeunesse – une très chouette maison d’édition jeunesse basée à Bruxelles – autour d’un enfant et de ses aventures sous-marines. J’aimerais que ce soit trépidant, poétique, drôle et décalé, là encore ; avec une chute à rebondissements (comme dans certains de mes albums, par exemple Maman?!, livre pour les tout-petits chez le même éditeur). Je pense que l’approche graphique sera proche de mon album L’appel de la lune (toujours chez Versant Sud Jeunesse), collage, transparence et peinture pour créer une ambiance étrange, onirique, un peu cinématographique…

Aller à la barre d’outils