Rencontre avec Lucca éditions !

Zoom sur deux nouveautés à précommander !

Mes Premières Lectures : Bonjour Sandrine et merci de répondre à nos questions ! Pour commencer pourriez-vous présenter votre parcours ainsi que Lucca éditions ?

Sandrine Harbonnier : Bonjour MPL ! Je suis Sandrine Harbonnier, éditrice et correctrice. J’ai d’abord été correctrice et éditrice free-lance avant de monter ma propre maison d’édition en 2018, Lucca Éditions. C’est une maison d’édition pour la jeunesse qui ne publie que des fictions de vulgarisation, un mélange des genres où le récit est aussi important que la transmission des connaissances. Nous publions des albums et des romans pour le moment, mais nous allons progressivement nous ouvrir à la bande dessinée.

Mes Premières Lectures : Vous avez lancé une campagne de précommandes sur Ulule, sobrement intitulée « Une immersion livresque dans la culture médicale ». Pouvez-vous nous présenter les titres en précommandes et leurs genèses ?

Sandrine Harbonnier : Pour ce premier trimestre 2021, nous sortons deux titres qui ont un lien avec la médecine. Le premier dans l’ordre chronologique, Stupeur de Julie Chibbaro, vient de sortir le 5 février. Il s’agit d’un roman épistolaire écrit d’une très belle plume, accompagné de dessins au trait de Jean-Marc Superville Sovak, auxquels nous avons ajouté 4 illustrations de Louis Diallo, et traduit par Hermine Hémon. Il raconte la vie d’une jeune fille juive de New York, Prudence, au début du vingtième siècle et du poste d’assistante qu’elle parvient à obtenir au département de l’Hygiène et de la Santé de la ville. Elle est alors plongée dans une enquête sanitaire pour découvrir l’origine d’une épidémie de fièvre typhoïde. Cette enquête historique, menée par George Soper, son employeur, aboutira à la validation de la théorie des porteurs sains. En dehors de cet aspect médical, c’est aussi un roman qui aborde la condition des femmes dans le milieu scientifique, réservé majoritairement aux hommes, à plus forte raison en 1907.

Notre deuxième parution est un album pour enfants, Lapin Dixit, écrit par Delphine Gosset (déjà publiée chez nous) et illustré par Julia Dasic. C’est le récit imagé de ce qu’il se passe à l’intérieur du corps lors d’une crise d’appendicite ! Le texte est très rythmique et léger et les illustrations sont truffées de plein de petits détails à savourer. C’est une bonne façon de dédramatiser les opérations chirurgicales ordinaires que les enfants ont parfois à subir.

Mes Premières Lectures : Pourquoi choisir ce système de précommandes ? Pouvez-vous nous dire de quelle manière, en tant que petite structure indépendante, la crise vous a-t-elle impactée ?

Sandrine Harbonnier : Depuis un an, nous n’avons pas pu nous déplacer dans des salons afin de défendre et de présenter nos titres. De la même façon, les dédicaces, les rencontres, tous les événements sont devenus très difficiles à organiser. Or, l’événementiel représente 50 % de la trésorerie des petits éditeurs. Nous avons choisi de lancer une campagne de préventes pour compenser cette absence de salons et mettre en lumière ces titres que nous continuons à faire paraître malgré tout. C’est une façon de faire de l’événementiel à distance. Nous essayons de dynamiser notre actualité en postant des vidéos de présentation de nos auteurs ou en participation à des présentations en ligne de la maison d’édition, par exemple.

Mes Premières Lectures : La traduction de Stupeur de Julie Chibbaro paraît être un choix étonnamment d’actualité. Comment avez-vous découvert ce texte ?

Sandrine Harbonnier : Nous avons découvert ce texte au début de l’année 2019, bien avant l’émergence de la Covid-19, en faisant de la veille sur les fictions de vulgarisation à l’étranger. Le texte est d’une très grande qualité littéraire et l’intrigue est superbement menée. Nous avons été très étonnées de constater que le roman de Julie Chibbaro n’avait jamais été traduit en français ni aucun autre de ses livres.

Que le roman sorte dans ce contexte de pandémie est complètement fortuit. C’était très étrange de travailler sur ce texte qui parle d’épidémie, de virus, de bactérie pendant les confinements et les périodes de restriction sanitaire.

Mes Premières Lectures : Nous sommes également ravies chez Mes Premières Lectures de voir arriver un nouveau texte de Delphine Gosset ! Retrouvera-t-on son humour et un certain sens du décalage dans ce projet ?

Sandrine Harbonnier : Oui, complètement, et ça fait du bien. Le texte qu’elle a écrit est très amusant. L’album est plein d’énergie dans l’ensemble, ce qui fait un bien fou.

Mes Premières Lectures : Quels sont vos prochains projets ? Arrivez-vous à vous projeter un peu dans l’avenir (incertain) ?

Sandrine Harbonnier : Nous avons commencé à travailler sur un nouvel album, La Vache bizarre, écrit par Jean-Baptiste Panafieu et illustré par Caroline Picard. C’est aussi un album très drôle avec une vache qui est décidément très bizarre. Nous commençons également le travail sur le tome 2 des Détectives, qui se passera cette fois-ci à Halloween et qui verra nos héros sur la piste d’un mystérieux individu qui commet des infractions en signant ses méfaits à la bombe aérosol : « Mr. Jekyll ». On y voit notamment le concept mathématique de la régression linéaire !

Mes Premières Lectures : Avez-vous des dédicaces, salons ou évènements en virtuel à nous détailler ?

Sandrine Harbonnier : Nicolas Beck sera en visioconférence le jeudi 18 février à 13 h pour parler d’exploration spatiale et de son roman d’anticipation Nix Olympica à la bibliothèque universitaire de lettres de Nancy.

Il sera aussi à Crémieu le 24-25 avril dans la librairie De Plume et d’Épée. Nous prévoyons également une intervention d’Hermine Hémon en mai chez ce même libraire, sur la traduction et les littératures de l’imaginaire.

Sinon, nous participerons à Livre Paris 2021 en mai et nous avons hâte de sortir à nouveau !

Aller à la barre d’outils