Pascaline Nolot

#LecturesEstivales : Pascaline Nolot

Nous avons demandé à plusieurs professionnels du livre de nous parler de leurs lectures à venir et de leurs incontournables pour l’été ! Voici les réponses de Pascaline Nolot !

Mes Premières Lectures : Qui êtes-vous ? (présentez-vous brièvement pour nos lecteurs)

Pascaline Nolot : Pascaline Nolot, autrice et fervente lectrice. Mon dernier roman publié est Rouge, chez Gulf Stream éditeur.

Mes Premières Lectures : Quelles sont (ou seront) vos lectures estivales ?

Pascaline Nolot : Tout d’abord, je vais me faire une joie de découvrir l’univers du roman Les Héritiers, de l’excellent Fabien Clavel. Plus de 700 pages d’aventures steampunk et fantasy, l’idéal pour s’évader entre les lignes avec brio cet été ! Je compte aussi (re)lire RêveR Double de Mina M. Elle m’avait fait le plaisir et l’honneur de pouvoir lire son manuscrit ; je vais me replonger avec délice dans le Clair-Obscur qu’elle a créé, maintenant que son roman est tout frais sorti.

Au programme également, Petite d’Edward Carey, biographie romancée qui raconte le destin de Marie Grosholz, la future madame Tussaud, créatrice du célèbre musée de cire. Une existence peu banale que je suis bien curieuse de découvrir…

Toujours sur ma liste, La fille aux mains magiques, une novella écrite par Nnedi Okorafor (le nom de l’autrice, plume remarquable, est un argument à lui seul) et illustrée par Zariel, qui a l’air d’un récit bienveillant et de toute beauté. Enfin, en littérature Young Adult, j’ai hâte de découvrir La Vie invisible d’Addie Larue de Victoria Schwab, dont le résumé est alléchant et dont j’ai entendu de bons échos.

Mes Premières Lectures : Quelles sont vos lectures incontournables de l’année ?

Pascaline Nolot : Difficile de choisir car j’ai lu de très bons livres. Mais s’il y a bien un roman qui m’a touchée en plein cœur dernièrement, c’est La princesse au visage de nuit de David Bry. On pourrait dire qu’il s’agit d’un roman policier teinté de fantastique, aux allures de conte, sombre et poétique à la fois. Selon moi, c’est avant tout un récit profondément humain. Il parle d’amitié, de blessures d’enfance, de la façon dont la magie / l’imagination peut protéger les enfants de drames parfois très graves, de la manière dont ces enfants doivent se construire et devenir adultes en portant en eux les blessures du passé, de résilience, de celles et ceux qui tombent parfois en chemin, aussi… C’est un texte toujours à la lisière de l’imaginaire, juste, sensible, empli de chagrin et d’espoir, de ténèbres et de lumière à la fois. Très beau… J’ai beaucoup aimé, au cas où quelqu’un endormi au fond de la salle ne l’aurait pas compris.

J’ai également énormément apprécié Quitter les monts d’automne d’Émilie Querbalec. Son atmosphère si particulière, entre quête initiatique et space opera, cruauté et douceur poétique, m’a totalement transportée.

Comme lecture marquante, je ne peux pas oublier de citer Décomposée de Clémentine Beauvais, superbe variation en vers libres à partir du poème Une charogne de Baudelaire. Un roman court, engagé, créatif, qui entremêle beauté et laideur avec virtuosité… Bref, c’est brillant, c’est du Clémentine Beauvais !

En littérature jeunesse, ma fille Noémie, déjà bibliovore affirmée, vient mettre son grain de sel enthousiaste pour conseiller, parmi les sorties récentes : Les enfants des saules – tome 1 : Les descendants de Charlotte Bousquet, Brouillard de suie (une aventure de Faune et Flore) de Maxime Fontaine et Les héritiers de Brisaine – tome 1 : La malédiction du Bois d’Ombres de David Bry (encore lui !). Nature et magie à l’honneur, je valide ses choix à 200%.

Je vais me réfréner avant d’écrire vingt-cinq pages de recommandations mais sachez que culpabilité et frustration me rongent déjà… Je me permets toutefois de relever que l’année n’étant pas terminée, elle nous promet encore de belles surprises littéraires. Je guette, entre autres, la parution automnale de Widjigo, roman de la géniale Estelle Faye qui annonce monstres, naufrage et survie à Terre-Neuve au dix-huitième siècle. Comment résister ?

Mes Premières Lectures : Quels sont vos projets à venir ? Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

Pascaline Nolot : Actuellement, je travaille sur un roman jeunesse qui mêle imaginaire et timidité (un sujet que je connais de très près). L’honnêteté m’oblige à avouer que je suis, hélas, d’une lenteur affligeante…

En revanche, j’ai achevé l’écriture d’un court roman fantastique, humoristique et poétique, destiné aux 7/8 ans. Il cherche preneur, avis aux éditeurs !

Je vais également contribuer prochainement à un projet littéraire collectif et caritatif. Je ne peux rien dire de plus mais je suis contente de participer à cette jolie initiative, qui crée du lien et redonne un peu de sens en cette période difficile.

J’ai quelques autres projets en attente, mais loin d’être assez avancés pour les évoquer davantage pour l’instant.

Mes Premières Lectures : Où pourra-t-on vous retrouver en dédicace ou salon prochainement ?

Pascaline Nolot : Je serai présente, en octobre, aux Halliennales et aux Imaginales, mes premiers salons depuis bien (trop) longtemps. J’invoque tous les dieux et les démons de la littérature pour que rien ne soit annulé et que nous puissions enfin nous retrouver !

Aller à la barre d’outils